Qu’est-ce que la cyberintimidation et comment s’en prémunir ?

Qu’est-ce que la cyberintimidation et comment s’en prémunir ?

janvier 30, 2020 Non Par Marion

Les incidents d’intimidation ne se limitent plus au terrain de jeu ou au vestiaire. La cyberintimidation, la dernière forme d’intimidation qui sévit dans les écoles intermédiaires et secondaires, est omniprésente. Et la récente vague de suicides de jeunes qui ont été impitoyablement victimes de cyberintimidation a certainement déclenché un signal d’alarme. Se tenir au courant de la technologie peut sembler accablant et induire un sentiment d’impuissance même chez le parent le plus aguerri. Bien qu’on ne puisse pas contrôler tous les aspects de la technologie, voici quelques idées qui peuvent vous aider à combattre la cyberintimidation.

Qu’est-ce que la cyberintimidation ?

La cyberintimidation est tout type de harcèlement, de raillerie ou de menace qui se fait par le biais de nombreuses formes de médias sociaux. Avec autant d’applications et de sites web disponibles, en un clic, un message humiliant peut être diffusé rapidement à des milliers, voire des millions de personnes. Les enfants peuvent prendre des photos et des vidéos d’un pair, les modifier et les afficher sur des sites qui permettent à des amis et à des étrangers de porter un jugement, parfois de la façon la plus cruelle qui soit.

Contrairement à l’intimidation traditionnelle, la cyberintimidation peut se produire n’importe où, n’importe quand, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Par conséquent, l’impact et le potentiel de conséquences dommageables sont beaucoup plus importants.

Trop souvent, les jeunes pensent qu’il est drôle d’afficher une photo embarrassante de quelqu’un ou de faire une remarque sarcastique, sans réfléchir aux conséquences ou aux sentiments d’un pair. Il se peut même qu’ils ne définissent pas ce qu’ils font comme une forme d’intimidation.

Ce que les parents peuvent faire pour prévenir la cyberintimidation chez leurs enfants

Ne supposez rien

Ne supposez pas que votre enfant ne participera jamais à la cyberintimidation, ou qu’il ne rêverait pas de se joindre à  » ces méchants enfants « . La vérité est que tous les enfants, même les plus gentils, peuvent se laisser emporter dès le moment où un groupe regarde une vidéo menaçante sur YouTube ou lit un message méchant sur Facebook.

La différence entre la cyberintimidation et l’intimidation traditionnelle est qu’un enfant peut ressentir plus d’empathie ou d’embarras s’il est témoin d’une personne qui se fait blesser sous ses yeux. Dans le cas de la cyberintimidation, les actes nuisibles peuvent ne pas sembler  » réels « , car l’enfant est ainsi éloigné de la situation physique. Cette situation, ajoutée à l’impulsivité de tous les enfants, fait qu’il est beaucoup plus facile pour les enfants, même les plus gentils, d’appuyer sur le bouton  » envoyer « .

Communiquez beaucoup

La meilleure façon de combattre la cyberintimidation est d’avoir des conversations régulières avec votre enfant à ce sujet et de discuter d’exemples concrets. Trop souvent, les enfants pensent qu’il est drôle d’afficher une photo embarrassante de quelqu’un ou de faire une remarque sarcastique, sans réfléchir aux conséquences ou aux sentiments d’un camarade.

Exprimez clairement vos attentes. « Je m’attends à ce que tu ne te joignes pas à tes amis s’ils affichent des choses méchantes en ligne. S’ils intimident quelqu’un sur Facebook, je m’attends à ce que tu m’en parles, et nous pourrons décider quoi faire. » Faire prendre conscience à vos enfants que vous ne tolérerez pas qu’ils se livrent à des actes d’intimidation est un acte parental important.

Ne vous dites pas « les enfants sont des enfants »

Comme dans le cas de l’intimidation ordinaire, les parents d’enfants qui se livrent à la cyberintimidation attribuent trop souvent cette pratique à  » l’enfance « , laissant entendre qu’elle apprendra à la victime à  » s’endurcir  » ou que leur enfant  » ne faisait que s’amuser « . Cette façon de penser est non seulement dangereuse pour votre enfant et la victime, mais elle suggère également un manque de responsabilité et de contrôle parental.

Si vous vous trouvez à adopter une attitude cavalière à l’égard du rôle de votre enfant dans la cyberintimidation, posez-vous les questions suivantes : « Et si mon enfant était au centre de ces messages embarrassants, menaçants ou harcelants dans les médias sociaux ? Aurais-je l’impression que c’est encore innocent et que les enfants ne font qu’être des enfants ? Et si j’étais la cible de tels messages ? Et si quelqu’un montrait ce genre d’agression envers moi en personne ? Est-ce que je trouverais cela humoristique, innocent ? » L’intimidation est de l’intimidation, point final. Si votre enfant est impliqué et que vous vous retournez, vous êtes complice de son mauvais comportement.

N’ignorez pas la technologie juste parce que vous ne la comprenez pas

Beaucoup de parents ne surveillent pas le rôle que la technologie joue dans la vie de leur enfant parce qu’ils ne la comprennent pas. Aussi difficile que soit la technologie, ce n’est pas une excuse pour laisser votre enfant se perdre dans le monde des médias sociaux. Si vous ne comprenez pas les plus récents appareils ou si vous ne connaissez pas les médias sociaux qu’utilisent les enfants (Snapchat, Instagram, Twitter, etc.), commencez à parler à quelqu’un qui peut vous aider. Il peut s’agir de votre enfant, d’un de ses amis ou d’une personne de votre bibliothèque locale qui enseigne la technologie. Le fait est que les enfants ont plusieurs longueurs d’avance en ce qui concerne la technologie et les médias sociaux, alors il nous appartient à nous, les parents, d’être sur leurs talons afin de comprendre ce qu’ils font.

Ce que les parents peuvent faire lorsque la cyberintimidation se produit

Si votre enfant est la cible de la cyberintimidation, abordez-le immédiatement avec votre enfant. Il se peut que votre enfant se ferme, se sente gêné ou dise qu’il peut s’en sortir, mais il est impératif que vous restiez impliqué jusqu’à ce qu’il y ait une résolution.

La première étape consiste à voir ce qui a été affiché en ligne ; ensuite, discutez-en avec votre enfant, tout en restant calme. Souvent, les enfants ne divulguent pas les actes de cyberintimidation parce que les parents ont tendance à réagir de façon excessive. L’idée que leur parent appelle un autre enfant, parle aux parents ou leur retire la technologie est terrifiante, alors ils choisissent de rester calmes. Pendant cette période difficile, répondez à votre enfant sans le juger, le blâmer ou tenter de régler le problème pour lui.

Faites preuve d’empathie et reconnaissez à quel point c’est douloureux. Assurez-lui que ce n’est pas sa faute et que vous le soutenez.

Aussi, cette partie est impérative, demandez à votre enfant s’il a exercé des représailles d’une quelconque manière. Il est extrêmement important de discuter avec lui du fait que, bien que tentantes, les représailles lui causeront autant d’ennuis qu’à l’auteur des faits, alors encouragez une transparence complète de ses actions pendant cette période.

Vous devriez peut-être communiquer avec l’école si la cyberintimidation ne cesse pas. Alertez le directeur, le conseiller d’orientation et tout travailleur en santé mentale que l’école met à votre disposition. Imprimez toutes les formes de harcèlement ou de menaces en ligne que votre enfant a reçues. Souvent, les écoles diront qu’elles ne peuvent pas s’impliquer dans la cyberintimidation parce qu’elle a lieu à l’extérieur du campus et après les heures de classe. Bien que, légalement, les écoles ne soient pas obligées de s’interposer entre l’intimidateur et la victime, elles peuvent et doivent prévoir des conséquences pour les élèves qui pratiquent la cyberintimidation.

Enfin, si votre enfant est en danger imminent d’être blessé ou est menacé d’agression physique, communiquez immédiatement avec la police, en emportant avec vous toutes les preuves matérielles.

Les préventions

Surveillez votre propre utilisation des médias sociaux

Malheureusement, de nombreux parents se livrent à des tactiques de cyberintimidation similaires, utilisant la technologie pour harceler, intimider ou embarrasser les autres. Si vous faites des commentaires désobligeants sur Facebook, si vous envoyez des tweets mesquins ou si vous affichez quelque chose qui risque d’embarrasser quelqu’un, vous préparez le terrain pour que votre enfant fasse de même. En faisant preuve de maîtrise de soi et en réfléchissant avant d’afficher ou de répondre, vous et votre enfant serez de meilleurs utilisateurs de la technologie.

Fixez des limites

Tous les enfants devraient avoir des limites à la technologie à la maison. Par exemple, les parents devraient appliquer une règle  » pas d’appareils électroniques  » dans les chambres pendant les heures de sommeil, après 22 h (plus tôt pour les enfants de l’école intermédiaire), et des quantités limitées les fins de semaine. Fixez des heures où ils peuvent utiliser les médias sociaux. Un exemple pourrait être : « Après avoir fait une heure de devoirs, vous pouvez vous connecter à Facebook pendant 15 minutes. »

De nombreux parents d’enfants plus âgés ne considèrent pas cela comme nécessaire, puisque leur enfant sera bientôt adulte de toute façon, alors pourquoi s’embêter à appliquer quelque chose qui ne fera que provoquer une dispute ? Voici pourquoi : les enfants qui n’ont pas de limites établies pour eux sont plus susceptibles de voir des sites Web inappropriés, de se sentir plus attachés à leurs appareils électroniques et d’avoir plus de temps pour participer à la cyberintimidation. Il n’est pas facile d’établir des limites avec votre ado, mais il est nécessaire de les garder en sécurité.

Vérifiez, puis revérifiez

De nombreux parents laissent à leur enfant le libre choix de tous les appareils électroniques, surtout lorsqu’il grandit. Malheureusement, c’est pendant les années de collège et de lycée que la cyberintimidation se produit et que les adolescents sont les plus impulsifs. N’oubliez pas que même si votre adolescent est capable de conduire une voiture et d’avoir de bonnes notes, son cerveau est encore sous-développé, ce qui en fait un moment privilégié pour qu’il prenne de mauvaises décisions.

Concluez un contrat avec votre enfant pour que vous vérifiiez l’historique de son navigateur quand vous le jugerez bon (et assurez-vous de le vérifier régulièrement !) et pour qu’il vous permette de le  » prendre en ami  » ou de le  » suivre  » sur les sites de médias sociaux afin que vous puissiez voir ce qu’il, et ses amis, affichent. Pendant les devoirs, vérifiez le navigateur (sur l’ordinateur, l’ordinateur portable, le téléphone, la tablette, etc.) pour vous assurer qu’ils font bien leurs devoirs. Naturellement, votre adolescent va pleurer à chaudes larmes, mais vous pouvez lui rappeler que vous êtes le parent et que les parents aimants veulent assurer la sécurité de leurs enfants.

Comme la plupart des progrès du 21e siècle, la technologie a apporté d’énormes avantages à ceux d’entre nous qui l’utilisent régulièrement. Mais avec ces avantages, il y a toute une série de problèmes potentiels, la cyberintimidation étant en tête de liste. Les parents ne peuvent pas contrôler tout ce qui entre dans le monde technologique de leur enfant, mais en étant ouverts, disponibles, calmes et impliqués, votre enfant a la meilleure chance possible de rester en sécurité et protégé dans le monde d’aujourd’hui.